Sentiers de L’escapade en zone rouge

Depuis le vendredi 16 octobre (13 h 30), la Ville de Rigaud est en mode rouge (niveau alerte maximale), en ce qui a trait aux annonces du gouvernement du Québec reliée à la pandémi …

Voir toutes les alertes ->Lire la suite ->

Tourisme

Activités

Sans trace

L'engouement actuel pour les activités de plein air est une aspiration à la paix, à la tranquillité, à la découverte de notre interrelation avec la nature. Et parce qu'on s'y sent bien, naît chez plusieurs ce besoin impératif de mieux comprendre la nature et de connaître les humains qu'elle a façonnés. Mais le nombre grandissant de personnes qui choisissent de passer du temps au contact de la nature nous presse à élaborer des balises pour faire découvrir, protéger et conserver nos milieux naturels pour les générations actuelles et futures.

Dans un contexte où la démographie explose, les parcs municipaux, régionaux, nationaux sont de plus en plus fréquentés, les espaces naturels s’abîment, et les impacts de l’homme sur l’environnement en deviennent considérables, voire irréversibles. L’éthique du plein air et les principes sans trace visent, par un changement d’attitude, à minimiser et sensibiliser tous ceux qui aiment la nature aux impacts engendrés suite à leur passage.

ÉTHIQUE DE L'ESCAPADE

La Ville de Rigaud adhère aux 7 principes sans trace qui favorisent une pratique d’activités de plein air dans le respect de l’environnement. Voici les principes que nous vous demandons de respecter lors de votre prochaine visite dans nos sentiers.

SE RENSEIGNER AVANT DE PARTIR

  • Se préparer! Penser à apporter de l’eau, de la nourriture, et des vêtements pour se protéger du froid, de la chaleur et de la pluie.
  • Se procurer la carte des Sentiers et la consulter durant le trajet.
  • Planifier sa randonnée en regard de la distance, de la difficulté et des conditions actuelles.
  • S’informer sur les prévisions météorologiques et les règlements.
  • Ne pas oublier de prendre une laisse pour son chien et des sacs étanches pour ramasser ses déchets.

RESTER SUR LES SENTIERS

  • Marcher  uniquement sur les sentiers désignés de façon à protéger les plantes poussant sur les bords.
  • Éviter de piétiner les fleurs et les arbustes. Lorsqu’ils sont abîmés, ils risquent de ne plus repousser.
  • Respecter les propriétés privées en restant sur les sentiers désignés.

RAPPORTER SES DÉCHETS ET RAMASSER LES EXCRÉMENTS

  • Rapporter ce que l’on apporte. Déposer les déchets, même les miettes, les pelures et le cœur des fruits dans des sacs ou des contenants hermétiques et les rapporter chez soi.
  • Utiliser un sac étanche pour déposer les excréments de son chien dans une poubelle.
  • Garder l’eau propre. Ne pas mettre de savon, de nourriture, de déchets humains ou canins dans les lacs ni dans les cours d’eau.

LAISSER INTACT CE QUE L'ON TROUVE

  • Laisser les plantes, les roches et le bois mort tels qu’on les trouve.
  • Traiter les plantes et les arbres avec respect. Graver, inciser ou peler l’écorce des arbres peut leur être fatal.

LAISSER LA FAUNE À SON ÉTAT SAUVAGE

  • Observer les animaux sauvages à distance et ne jamais les approcher, ni les nourrir, ni les suivre.
  • La nourriture humaine est malsaine pour eux; les nourrir leur donne de mauvaises habitudes.
  • Protéger la faune et la nourriture en entreposant les aliments et les déchets de façon sécuritaire.

PARTAGER LES SENTIERS ET MAÎTRISER SON CHIEN

  • Agir de manière prévenante envers les autres que l’on croise sur les sentiers.
  • Maîtriser son chien afin de le protéger, ainsi que les autres personnes et les animaux sauvages.
  • Écouter la nature. Éviter de faire des bruits forts ou de crier. On a plus de chances d’observer des animaux sauvages en restant calme.
  • S’assurer que le plaisir que l’on a dans la nature ne perturbe pas celui des autres.

Pour une description plus approfondie de ces principes, consultez le site Web de Sans trace Canada.

 

 

Le sentier est plein de boue, est-ce que je peux marcher sur le côté?

NON. Il est préférable de sauter d’une roche à une autre s’il y en a dans le sentier, ou de marcher carrément dans la boue. Les guêtres sont faites pour ça. Marcher hors du sentier condamnera à la disparition de la flore installée en lisière et compactera le sol. Le sentier s’élargira et perdra peu à peu de son aspect naturel.

Est-ce que je peux lancer mes pelures de banane dans la forêt? Elles sont biodégradables!

NON. Vous devez rapporter tout ce que vous emmenez en nature. Cette règle s’applique également à vos déchets organiques. Contrairement à la croyance populaire, leur vitesse de décomposition peut être très lente, soit jusqu’à deux ans pour les pelures de banane.

Sans vous en rendre compte, les aliments que vous jetez dans la nature serviront de nourriture aux animaux sauvages. Les animaux sauvages pourraient se rapprocher des humains, perdre leur capacité à se nourrir par eux-mêmes et ainsi diminuer leur chance de survie.

Mon chien est très sociable; pourquoi devrais-je le tenir en laisse?

Laisser un chien circuler librement en forêt, c’est l’exposer à toutes les tentations, tous les risques, puisque sa nature le pousse à explorer. Les chiens en liberté peuvent faire peur aux gens, effrayer les animaux sauvages, attraper et transmettre des tiques et laisser des excréments derrière eux. Plusieurs maladies se transmettent par les excréments d’animaux infectés. Certains virus peuvent vivre dans l’environnement au-delà de six mois, d’où l’importance de bien ramasser les excréments.

Pourquoi faut-il laisser les fleurs sauvages dans leur milieu naturel?

Parce que les animaux s’en nourrissent; elles se reproduiront d’elles-mêmes la saison suivante pour que d’autres en profitent aussi.

Les orchidées sont souvent des plantes associées aux climats tropicaux. Pourtant, rien qu'au Québec, on ne trouve pas moins d'une cinquantaine d'espèces! Voici le Cypripède acaule ou Sabot de la vierge, un beau spécimen présent dans nos sentiers!

 

 

Lorsqu'elle sera métamorphosée, cette chenille sera un beau Monarque qui entamera une grande migration vers le Mexique. Cette chenille se nourrit exclusivement d'asclépiade d'où l'importance de ne pas l'arracher bien qu'elle soit souvent considérée comme de la «mauvaise herbe».

 

Activités

Sans trace

L'engouement actuel pour les activités de plein air est une aspiration à la paix, à la tranquillité, à la découverte de notre interrelation avec la nature. Et parce qu'on s'y sent bien, naît chez plusieurs ce besoin impératif de mieux comprendre la nature et de connaître les humains qu'elle a façonnés. Mais le nombre grandissant de personnes qui choisissent de passer du temps au contact de la nature nous presse à élaborer des balises pour faire découvrir, protéger et conserver nos milieux naturels pour les générations actuelles et futures.

Dans un contexte où la démographie explose, les parcs municipaux, régionaux, nationaux sont de plus en plus fréquentés, les espaces naturels s’abîment, et les impacts de l’homme sur l’environnement en deviennent considérables, voire irréversibles. L’éthique du plein air et les principes sans trace visent, par un changement d’attitude, à minimiser et sensibiliser tous ceux qui aiment la nature aux impacts engendrés suite à leur passage.

ÉTHIQUE DE L'ESCAPADE

La Ville de Rigaud adhère aux 7 principes sans trace qui favorisent une pratique d’activités de plein air dans le respect de l’environnement. Voici les principes que nous vous demandons de respecter lors de votre prochaine visite dans nos sentiers.

SE RENSEIGNER AVANT DE PARTIR

  • Se préparer! Penser à apporter de l’eau, de la nourriture, et des vêtements pour se protéger du froid, de la chaleur et de la pluie.
  • Se procurer la carte des Sentiers et la consulter durant le trajet.
  • Planifier sa randonnée en regard de la distance, de la difficulté et des conditions actuelles.
  • S’informer sur les prévisions météorologiques et les règlements.
  • Ne pas oublier de prendre une laisse pour son chien et des sacs étanches pour ramasser ses déchets.

RESTER SUR LES SENTIERS

  • Marcher  uniquement sur les sentiers désignés de façon à protéger les plantes poussant sur les bords.
  • Éviter de piétiner les fleurs et les arbustes. Lorsqu’ils sont abîmés, ils risquent de ne plus repousser.
  • Respecter les propriétés privées en restant sur les sentiers désignés.

RAPPORTER SES DÉCHETS ET RAMASSER LES EXCRÉMENTS

  • Rapporter ce que l’on apporte. Déposer les déchets, même les miettes, les pelures et le cœur des fruits dans des sacs ou des contenants hermétiques et les rapporter chez soi.
  • Utiliser un sac étanche pour déposer les excréments de son chien dans une poubelle.
  • Garder l’eau propre. Ne pas mettre de savon, de nourriture, de déchets humains ou canins dans les lacs ni dans les cours d’eau.

LAISSER INTACT CE QUE L'ON TROUVE

  • Laisser les plantes, les roches et le bois mort tels qu’on les trouve.
  • Traiter les plantes et les arbres avec respect. Graver, inciser ou peler l’écorce des arbres peut leur être fatal.

LAISSER LA FAUNE À SON ÉTAT SAUVAGE

  • Observer les animaux sauvages à distance et ne jamais les approcher, ni les nourrir, ni les suivre.
  • La nourriture humaine est malsaine pour eux; les nourrir leur donne de mauvaises habitudes.
  • Protéger la faune et la nourriture en entreposant les aliments et les déchets de façon sécuritaire.

PARTAGER LES SENTIERS ET MAÎTRISER SON CHIEN

  • Agir de manière prévenante envers les autres que l’on croise sur les sentiers.
  • Maîtriser son chien afin de le protéger, ainsi que les autres personnes et les animaux sauvages.
  • Écouter la nature. Éviter de faire des bruits forts ou de crier. On a plus de chances d’observer des animaux sauvages en restant calme.
  • S’assurer que le plaisir que l’on a dans la nature ne perturbe pas celui des autres.

Pour une description plus approfondie de ces principes, consultez le site Web de Sans trace Canada.

 

 

Le sentier est plein de boue, est-ce que je peux marcher sur le côté?

NON. Il est préférable de sauter d’une roche à une autre s’il y en a dans le sentier, ou de marcher carrément dans la boue. Les guêtres sont faites pour ça. Marcher hors du sentier condamnera à la disparition de la flore installée en lisière et compactera le sol. Le sentier s’élargira et perdra peu à peu de son aspect naturel.

Est-ce que je peux lancer mes pelures de banane dans la forêt? Elles sont biodégradables!

NON. Vous devez rapporter tout ce que vous emmenez en nature. Cette règle s’applique également à vos déchets organiques. Contrairement à la croyance populaire, leur vitesse de décomposition peut être très lente, soit jusqu’à deux ans pour les pelures de banane.

Sans vous en rendre compte, les aliments que vous jetez dans la nature serviront de nourriture aux animaux sauvages. Les animaux sauvages pourraient se rapprocher des humains, perdre leur capacité à se nourrir par eux-mêmes et ainsi diminuer leur chance de survie.

Mon chien est très sociable; pourquoi devrais-je le tenir en laisse?

Laisser un chien circuler librement en forêt, c’est l’exposer à toutes les tentations, tous les risques, puisque sa nature le pousse à explorer. Les chiens en liberté peuvent faire peur aux gens, effrayer les animaux sauvages, attraper et transmettre des tiques et laisser des excréments derrière eux. Plusieurs maladies se transmettent par les excréments d’animaux infectés. Certains virus peuvent vivre dans l’environnement au-delà de six mois, d’où l’importance de bien ramasser les excréments.

Pourquoi faut-il laisser les fleurs sauvages dans leur milieu naturel?

Parce que les animaux s’en nourrissent; elles se reproduiront d’elles-mêmes la saison suivante pour que d’autres en profitent aussi.

Les orchidées sont souvent des plantes associées aux climats tropicaux. Pourtant, rien qu'au Québec, on ne trouve pas moins d'une cinquantaine d'espèces! Voici le Cypripède acaule ou Sabot de la vierge, un beau spécimen présent dans nos sentiers!

 

 

Lorsqu'elle sera métamorphosée, cette chenille sera un beau Monarque qui entamera une grande migration vers le Mexique. Cette chenille se nourrit exclusivement d'asclépiade d'où l'importance de ne pas l'arracher bien qu'elle soit souvent considérée comme de la «mauvaise herbe».