PLAN DE DÉVELOPPEMENT DURABLE DE LA VILLE DE RIGAUD

Contribuez au futur de Rigaud en participant aux discussions concernant les enjeux économiques, sociaux, environnementaux et culturels d’aujourd’hui et de DEMAIN, et ce, afin de le …

Voir toutes les alertes ->Lire la suite ->

Services aux citoyens

Sécurité civile et mesures d’urgence

Pannes de courant

Les récents épisodes de verglas survenus au début du mois de janvier ont eu tôt fait de nous rappeler notre grande dépendance relative à l’électricité. Et malheureusement, nous devons tous abdiquer devant le fait que ces phénomènes sont, et seront de plus en plus fréquents en raison des changements climatiques.

Trop souvent, et à tort, les citoyens croient qu’à la moindre petite perturbation, la Ville mettra en branle des mesures d’urgence pour pallier la situation. Dans les faits, le recours aux mesures d’urgence est une démarche « extraordinaire » pour une situation extraordinairement majeure ».

 

Alors que devraient faire les citoyens pour être prêts lors de la prochaine panne importante de courant ? Avoir une trousse 72 heures!

Tout citoyen doit mettre en œuvre des mesures simples qui lui permettront de subsister, peu importe la situation, pendant 72 heures. Et aussi désagréable que puisse être une panne de courant en hiver, vous devez pouvoir être autonome pendant au moins 72 heures.

 

Pour être prêt, il faut poser certains gestes de « prévention » et de « préparation », dans 3 catégories :

Les démarches administratives

Comprendre la notion de sinistre, tel que mentionné dans la Loi :

  • Loi sur la sécurité civile, RLRQ c S-2.3, Chapitre I, Objet et application de la Loi, articles 1 et 2 - http://www.canlii.org/fr/qc/legis/lois/rlrq-c-s-2.3/derniere/rlrq-c-s-2.3.html;
    • 1. La présente loi a pour objet la protection des personnes et des biens contre les sinistres. Cette protection est assurée par des mesures de prévention, de préparation des interventions, d’intervention lors d’un sinistre réel ou imminent ainsi que par des mesures de rétablissement de la situation après l’événement.
    • 2. Pour l’application de la présente loi, on entend par :
      • 1° « sinistre majeur » : un événement dû à un phénomène naturel, une défaillance technologique ou un accident découlant ou non de l’intervention humaine, qui cause de graves préjudices aux personnes ou d’importants dommages aux biens et exige de la collectivité affectée des mesures inhabituelles, notamment une inondation, une secousse sismique, un mouvement de sol, une explosion, une émission toxique ou une pandémie ;
      • 2° « sinistre mineur » : un événement exceptionnel de même nature qu’un sinistre majeur, mais qui ne porte atteinte qu’à la sécurité d’une ou de quelques personnes;…
  • Avoir un plan… Pas question ici de rédiger un cartable de 10 cm en épaisseur, mais bien un petit document regroupant toutes les informations et étapes importantes. À titre d’exemple, visitez les sites Internet suivants :

 

Dans ce plan, on prévoit entre autres la liste des personnes avec lesquelles on peut communiquer en cas d’urgence, notamment celles qui pourraient nous accueillir temporairement en cas d’imprévu.

  • Être assuré. Si l’assurance n’est pas une obligation, elle représente l’une des meilleures mesures. Si tout n’est pas assuré ou assurable, certains régimes offrent des services très complets. Après 48 heures à se laver à la débarbouillette et à dormir autour du foyer dans le salon, il peut être agréable de pouvoir se retrouver dans un motel/hôtel, ne serait-ce que 24 heures. Pour plus d’information, consultez :
  • Connaître les services offerts par la Ville. Il peut être intéressant d’avoir une certaine connaissance de la structure de l’organisation municipale en cas de situation exceptionnelle. Pour cela vous pouvez consulter le site Internet de la Ville (https://www.ville.rigaud.qc.ca/services-aux-citoyens/securite-civile/) et/ou communiquer avec le coordonnateur municipal de la sécurité civile (Eric Martel, 450-451-0869, poste 233 – ericmartel@ville.rigaud.qc.ca).
  • Avoir à l’esprit… Si certaines municipalités ont la capacité d’offrir un « Service de sécurité civile » ce n’est malheureusement pas le cas de Rigaud.
  • De comprendre… L’ouverture d’un centre d’hébergement temporaire peut sembler être un geste banal, mais dans les faits, il nécessite la mobilisation de ressources humaines et matérielles qui auront des impacts sur le fonctionnement normal des activités/services offerts aux citoyens. Voilà pourquoi, il faut bien évaluer l’ampleur de la situation et déterminer s’il s’agit d’un incident/perturbation, ou d’un sinistre.

Les articles absolument essentiels

  • Trousse alimentaire de survie :
    • Vous devez prévoir une quantité suffisante d’eau pour tenir au moins trois jours. Idéalement, chaque personne pourra compter sur 2 litres d’eau pour la consommation et 2 litres d’eau pour l’hygiène. Il faut aussi songer à remplacer chaque année, les bouteilles d’eau. On doit ajouter dans ce calcul l’eau nécessaire pour vos animaux de compagnie. À cet effet, il faut estimer les besoins en eau d’un chat/chien à environ 50 à 75 ml / kg. Ces estimations ne tenant pas compte des problèmes de santé ou si les animaux sont nourris avec de la nourriture en conserve, laquelle contient à la base plus d’eau. Pour les autres animaux, il est important de s’informer au préalable.
    • Accordez la priorité aux aliments que vous avez déjà à portée de mains, histoire de ne pas perdre des aliments. Une fois ces réserves épuisées, vous pourrez envisager les aliments de votre trousse alimentaire.
    • Simplicité… Les barres tendres, les mélanges de noix et de fruits séchés, le pain et le beurre d’arachides, le miel, le sirop d’érable, la mélasse, tous les légumes, fruits, poissons et viandes en conserves sont des choix à considérer. Par contre, il faut songer à un ouvre-boite manuel, car celui électrique risque de ne pas être trop utile !
    • On peut aussi inclure des rations de survies disponibles dans bien des magasins à grande surface dans les sections destinées aux activités de plein air et de chasse. Et oui, les rations militaires ne sont plus uniquement réservées aux militaires. Ces rations de survie, quoique parfois dispendieuses, peuvent néanmoins s’avérer de bons compléments aux autres aliments de la trousse.
    • Qui n’aime pas le chocolat ? Non seulement cela est bon pour le moral, mais le chocolat a aussi de bonnes propriétés. D’autres friandises peuvent également être incluses. L’important c’est de songer à un aliment qui nous fait plaisir et qui se conserve bien et longtemps.
    • Voici de l’information complémentaire relativement à la trousse alimentaire de survie : https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/preparation-aux-urgences/se-munir-trousse-survie-alimentaire.html

 

  • Les luminaires d’urgence en plus des lampes de poche :
    • Plusieurs modèles s’offrent désormais avec les technologies DEL. Ils sont abordables et assurent une bonne luminosité tout en étant peu énergivores. Certains modèles possèdent une manivelle, pour les recharger manuellement (dynamo), tandis que d’autres se branchent dans les prises de courant (pile rechargeable intégrée) ou fonctionnent à l’aide de piles. Plusieurs modèles s’activent soit par détection de mouvements ou dans l’obscurité, les rendant idéaux pour les endroits tels les corridors, les salles de bains et les escaliers.

Des modèles plus récents offrent aussi la possibilité d’être branchés/rechargés à l’aide de câble USB, ce qui rend cela possible par le biais de la voiture, d’un ordinateur et de blocs d’alimentation de secours spécifiques (voir section : autres articles très utiles).

Le principal avantage de ces luminaires est leur performance (luminosité/durée) et contrairement aux chandelles, ils ne représentent pas un risque d’incendie s’ils sont accidentellement oubliés, renversés ou installés trop près de quelque chose qui s’enflamme facilement. Voici quelques exemples :

* Notez que cette liste est non exhaustive et est présenté à titre indicatif uniquement.

 

  • Un BBQ, ou un petit appareil de cuisson portatif :
    • Même si on peut survivre sans avoir à faire cuire des aliments, le simple fait de songer à pouvoir faire chauffer de l’eau, une soupe, ou de pouvoir boire une boisson chaude gonfle le moral. Il faut y avoir songé et avoir à portée de mains un appareil fonctionnant au gaz ou au naphta, comme un BBQ.
    • Par contre, aucun de ces appareils ne peut être utilisé à l’intérieur d’un bâtiment, donc pas question de les utiliser pour se chauffer au risque de causer un incendie/explosion ou une intoxication au monoxyde de carbone. Évidemment, le rendement de ces appareils dépend de la disponibilité des liquides inflammables/combustibles nécessaires à leur fonctionnement. De plus, il convient de rappeler que la règlementation concernant la prévention des incendies impose des limites quant à la quantité de ces liquides pouvant être gardée dans un bâtiment ou sur une propriété résidentielle.

 

  • Une radio d’urgence multifonctions, fonctionnant à l’aide de plusieurs sources d’alimentation piles/solaires/manivelle :
    • En situation d’urgence, il est important de rester informé. S’il existe de nombreux modèles offerts, dont les prix varient grandement, vous devriez songer à un appareil qui vous offrira les caractéristiques suivantes :
    • Radio AM/FM - AM (520-1700 KHz) et FM (88-108 MHz);
    • Alimentation solaire ou à manivelle (dynamo) pour la recharge de la pile interne ; et
    • Reçoit bandes de stations météo nationales (NOAA – toutes les 7 stations).

Pour ceux qui en ont les moyens, vous pouvez songer à des appareils qui intègrent d’autres fonctions, comme d’autres modes d’alimentation (piles jetables/rechargeables, câble USB, câble d’alimentation standard) et la possibilité d’être utilisée comme lampe d’appoint, lampe de poche et comme lampe stroboscopique de secours. Ainsi, voici quelques exemples intéressants, dont certains modèles peuvent être achetés en ligne :

* Notez que cette liste est non exhaustive et est présenté à titre indicatif uniquement.

 

  • Bloc d’alimentation portable :
    • Il existe des appareils destinés à permettre la recharge de petits appareils comme les radios, les lampes de poche et certains petits ordinateurs portables. La majorité de ceux-ci fonctionnent à l’aide de plusieurs sources d’alimentation (électricité/piles/manivelles-dynamos/USB/solaire).

Dans le cas où la panne d’électricité perdure au-delà de 72 heures, ces appareils vous permettent de maintenir vos appareils en fonction. Ainsi, voici quelques exemples intéressants, dont certains modèles peuvent aussi être achetés en ligne :

* Notez que cette liste est non exhaustive et est présenté à titre indicatif uniquement.

Les équipements destinés à permettre un séjour prolongé dans votre résidence :

Bien qu’ils nécessitent des investissements plus importants, ces équipements ont un impact positif marquant sur la résilience, permettant de demeurer dans le bâtiment peu importe les conditions climatiques et même si la perturbation se prolonge au-delà de 72 heures.

Pour être en mesure de pleinement évaluer leur pertinence/efficience, il faut parfois songer à combiner ces appareils/équipements avec d’autres de cette liste et/ou ceux de la liste des articles essentiels.

Cela dit, si la pompe de puisard venait à ne pas pouvoir fonctionner en raison d’une panne de courant et que l’accès à une génératrice n’était pas possible, il faut alors songer à installer une pompe de secours. Les principaux modèles fonctionnent soit à l’aide d’une pile de haute capacité ou grâce au fonctionnement de la pression d’eau municipale. À noter que les modèles utilisant le réseau d’eau domestique, ne peuvent malheureusement pas être installés si l’alimentation en eau potable est faite à l’aide d’un puits.

De plus, les modèles qui fonctionnent à l’aide de piles ont une capacité limitée et il peut être nécessaire d’avoir à faire l’acquisition de pile de rechange ou d’un chargeur portatif (12 V) si l’intention est de pouvoir songer à résister aux effets d’une panne prolongée (plus de 72 heures). Peu importe le modèle, il est fortement recommandé de mandater un plombier compétent possédant des licences valides. Voici quelques exemples :

* Notez que cette liste est non exhaustive et est présenté à titre indicatif uniquement.

 

  • Les appareils de chauffage aux bois et au gaz (propane et naturel) :
    • À la suite de la crise du verglas survenue en 1998, de nombreux appareils de chauffage au bois ont été installés dans les bâtiments résidentiels afin d’offrir une alternative efficiente en cas de panne de courant prolongée.

Avec le temps, les normes des assureurs, les dispositions règlementaires municipales et provinciales, l’augmentation graduelle des coûts d’achats, d’installation et d’entretien, plusieurs foyers et poêles au bois ont été remplacé par des appareils fonctionnant au gaz (propane/naturel).

S’il existe aussi d’autres appareils qui fonctionnent à l’aide de granules ou de bioéthanol, malheureusement, ils offrent des inconvénients notables :

  • Les appareils aux granules doivent être branchés à une source alternative de courant (génératrice). Bien que certains modèles soient munis d’une pile de secours, leur autonomie varie entre 2 à 6 heures selon l’utilisation; et
  • Les appareils alimentés au bioéthanol sont essentiellement conçus comme des équipements d’appoints et non pour fonctionner en cas de panne prolongée. À cela s’ajoute ensuite les besoins en combustibles, lesquels obligent le stockage de plusieurs litres, ce qui n’est pas très sécuritaire.

Qu’ils fonctionnent au bois ou au gaz, tous les appareils doivent être installés et entretenus par des entrepreneurs compétents et qui possèdent les licences valides appropriées. L’installation et l’entretien doivent respecter les normes du manufacturier et les exigences règlementaires municipales et provinciales, en plus de celles imposées par certains assureurs.

Cependant, si leur installation et leur entretien respectent les règles de l’art, l’efficience de ces appareils en cas de panne de courant n’est plus à démontrer.

 

  • Batterie de secours avec onduleur/chargeur :
    • Mieux connu sous l’appellation : « Solution d’alimentation hors réseau », une telle installation peut être adaptée pour être une solution d’alimentation partielle ou même complète pour un bâtiment résidentiel en cas de panne de courant.

Vous pouvez utiliser n’importe quel type d’l’énergie (solaire, éolienne, électrique) pour recharger les batteries. Vous pouvez aussi combiner ce type d’installation à une génératrice pour obtenir un surplus de puissance.

En principe, l’installation est reliée au panneau de disjoncteurs pour permettre la distribution du courant à même les prises murales du bâtiment. Les systèmes conçus pour les pannes de longue durée, possèdent un onduleur d’une capacité d’appoint d’au moins 3 fois sa puissance continue pour assurer le fonctionnement des appareils, comme les puits, les pompes de puisard et les réfrigérateurs.

Il existe aussi des variantes à ce genre de système entièrement alimenté par l’énergie solaire, mais leur efficience se limite à au plus 2 jours continus et le coût de l’installation risque d’en décourager plusieurs. Toutefois, pour ceux qui en ont les moyens et qui possèdent aussi une alternative en matière de chauffage (appareil au bois ou au gaz propane/naturel), cela peut s’avérer être une solution intéressante. Voici quelques exemples :

* Notez que cette liste est non exhaustive et est présenté à titre indicatif uniquement.

 

  • Quand votre véhicule se transforme en générateur d’énergie pour votre maison :
    • Plusieurs fabricants d’automobiles électriques se sont récemment engagés dans le développement d’une option permettant de transformer le véhicule en génératrice adapté au réseau électrique du bâtiment, et ce, justement dans la perspective d’offrir une alternative lors de situations d’urgence. Voici un texte intéressant à cet effet :

 

  • Une Génératrice : l’installation permettant d’atteindre un très haut niveau de résilience et d’autonomie
    • Dans un monde idéal, lors d’une panne de courant, de pouvoir continuer de vivre comme si de rien était peut sembler surréaliste alors que dans les faits, cela est possible. Certaines génératrices sont conçues pour être installées de manière permanente, un peu comme le serait une thermopompe. À cet effet voici des exemples :

* Notez que cette liste est non exhaustive et est présenté à titre indicatif uniquement.

Cependant, comme il s’agit d’une installation permanente, similaire à une thermopompe, nous vous recommandons fortement, et ce, avant de procéder à l’achat et à l’installation, de communiquer avec le Service d’urbanisme de la Ville pour déterminer si des exigences règlementaires (permis, marges, distances limitatives, bruits, etc.) s’appliquent.

Il y a aussi des génératrices dites « portatives ». L’idée étant de pouvoir ranger l’appareil lorsqu’il n’est pas requis. Ainsi, vous avez l’embarras du choix vu le nombre de fabricants et de modèles disponibles, dont ceux-ci :

* Notez que cette liste est non exhaustive et est présenté à titre indicatif uniquement.

Cet équipement implique la mise en place d’une prise extérieure de raccordement près de votre compteur d’Hydro-Québec. Cette prise offre en principe un câble permettant de brancher la génératrice.

Une fois branchée, la génératrice se trouve donc à alimenter le réseau électrique du bâtiment existant, et ce, grâce à un panneau auxiliaire et un interrupteur manuel ou automatique de transfert.

Les génératrices fonctionnent à l’essence, au diesel, au propane ou au gaz naturel. Les appareils fonctionnant au gaz sont moins bruyants et offrent un meilleur rendement et n’implique pas la manipulation de carburant. Dans le cas d’une génératrice au propane, vous devez aviser votre distributeur dès le début de la panne pour qu’il puisse vous assurer la livraison dans des délais raisonnables.

La majorité des génératrices portatives fonctionnent à l’essence ou au propane. L’autonomie d’une génératrice à essence varie en fonction de la taille de celle-ci et de la puissance utilisée. Il n’est pas rare que des modèles de 3 500 W et plus aient une capacité de réservoir d’environ 18 L d’essence pour un rendement moyen d’environ 10 à 14 heures.

Bien évidemment, qu’il s’agisse d’une génératrice installée de manière permanente ou d’une génératrice portative, il est très important de mandater des entrepreneurs compétents et qui possèdent les licences valides de la RBQ pour vous assurer de la conformité et de la sécurité des installations.

De plus, toutes les génératrices doivent être mises à l’essai périodiquement. Pour les installations permanentes, vous devez vous référer aux normes de manufacturier, mais bien souvent, le cycle est déjà programmé et réalisé automatiquement. Concernant les génératrices portatives, elles doivent être mises à l’essai au moins chaque mois.

En résumé

Comme vous pouvez le constater, nombreuses sont les solutions offertes en cas de pannes de courant. Peu importe votre budget, vous pouvez sans problème, et ce, graduellement mettre en œuvre plusieurs de celles-ci en misant en tout premier lieu sur les articles essentiels. Ensuite, vous pouvez songer à planifier l’acquisition et l’installation d’équipements plus importants.

Mais, une chose est certaine, à moins que la panne de courant découle d’un sinistre, il est peu probable que la Ville mettre en œuvre des mesures d’urgence, par exemple par l’ouverture d’un centre d’hébergement temporaire.

Les citoyens doivent prendre les moyens pour améliorer leur niveau de résilience. Cela permet ainsi à Ville, lorsqu’elle met en œuvre de mesures d’urgence, de centrer ses efforts sur les victimes et les sinistrés ainsi que les personnes plus vulnérables.

Pour plus d’information concernant les mesures de prévention, de préparation et de rétablissement en cas de panne de courant, nous vous invitons à consulter les hyperliens suivants :